La perte des grands espaces toujours en herbe se poursuit

Les prairies hébergent une flore et une faune diversifiées. Leurs surfaces ne cessent de diminuer en France du fait de l’urbanisation, de leur mise en culture ou de leur boisement, mais aussi de leur embroussaillement naturel suite à la déprise agricole. Le maintien de grandes surfaces de prairies permanentes connectées à l’échelle du paysage représente un enjeu majeur.

L’indicateur de l’ONB qui suit l’Évolution des surfaces de grands espaces toujours en herbe, parcours collectifs inclus, vient d’être actualisé. Il montre que la dynamique de régression de ces espaces observée entre 2000 et 2010 (-0,8 % / an) s’amplifie entre 2010 et 2013 (-1,1 % / an). Ce sont ainsi plus de 240 000 ha de prairies qui ont été perdus au cours de cette dernière période. Toutes proportions gardées, ce recul des prairies est plus marqué que celui de la surface agricole utile (SAU).

A NOTER ! Pour la première fois, l’indicateur a été régionalisé. Une première tendance d’évolution des grands espaces toujours en herbe est désormais disponible à l’échelle des régions pour la période 2000-2010.

 

Cet indicateur est mobilisé et mis en avant dans la question suivante : http://indicateurs-biodiversite.naturefrance.fr/questions/1-comment-la-b...

Français
Date
21/06/2016