Le risque d’extinction des espèces en France demeure élevé

Les indicateurs de l’ONB s’intéressant aux espèces menacées, fondés sur les listes rouges régulièrement publiées par l’UICN aux niveaux mondial et européen et par le Comité français de l’UICN et l’UMS PatriNat (MNHN-AFB-CNRS) au niveau national, viennent d’être  actualisés.

Près d’un tiers (31 %) des quelques 3 700 espèces françaises pour lesquelles le niveau de menace a fait l’objet d’une évaluation nationale sont aujourd’hui éteintes ou menacées. Le niveau de menace reste inconnu pour 14 % des espèces évaluées. Par ailleurs, les amphibiens, les reptiles et les oiseaux nicheurs sont les premiers groupes disposant de deux évaluations (2008 puis 2015 ou 2016) et pour lesquels il est donc possible de calculer, pour la première fois, l’évolution du risque d’extinction. Cette évolution est déterminée à partir des espèces ayant subi un changement de leur statut lié à une réelle modification de leur état de conservation. Ainsi, le risque d’extinction a augmenté de 7 % pour les amphibiens, de près de 9 % pour les reptiles et de plus de 19 % pour les oiseaux nicheurs… en moins d’une décennie !

Au-delà de cette situation dégradée des espèces au niveau national, la responsabilité de la France aux niveaux européen et mondial est importante. En effet, 18 % des 2 000 et quelques espèces évaluées comme menacées en Europe sont présentes en France métropolitaine. Et 14 % des 9 242 espèces françaises (métropolitaines et ultramarines) ayant fait l’objet d’une évaluation au niveau mondial sont éteintes ou menacées.

Français
Date
29/05/2017