Évolution de la pollution des cours d'eau par les pesticides dans les DOM

Évolution de la pollution des cours d'eau par les pesticides dans les DOM

Taux d'évolution de la pollution des cours d'eau par les pesticides dans les départements d'Outre-mer
Présentation et interprétation de l'indicateur
Valeur par période
- 29 % sur la période 2008-2016
 
 
 
 
Fiche mise à jour le
08/06/2017

Dans les départements d’outre-mers (Antilles et La Réunion), l’IPCE est globalement plus sensible qu’en Métropole en raison d’un plus faible nombre de points de mesure. Sur la période 2008-2016,  l’indice évolue de -36 % en Guadeloupe, -35 % à La Réunion et -34 % en Martinique.

Son évolution durant les deux dernières campagnes de surveillance a été contrastée.

Tout d’abord, entre 2014 et 2015, l’indice a perdu 8 points. La contribution à la hausse de l’indice induite par le métolachlore a en effet été neutralisée par les contributions à la baisse de l’imazalil, du chlorméquat et fipronil.

Ensuite, sur 2015-2016, l’indice a repris 4 points ; contrairement à la période précédente, la contribution à la baisse de l’imazalil a été compensée par l’évolution du métolachlore, glyphosate, chlorpyriphos-ethyl et pendiméthaline. Finalement, l’indice 2016  est proche de son niveau de 2014.

Les efforts sont donc à poursuivre pour respecter les objectifs de bon état des eaux assignés par la Directive-Cadre sur l'Eau (DCE), d’autant que la présence des pesticides reste généralisée dans les cours d’eau, avec des teneurs qui demeurent élevées dans certaines zones. Des conséquences positives sur la biodiversité sont envisageables si l’indice baisse durablement.