Évolution de la pollution physico-chimique des cours d'eau en métropole

Évolution de la pollution physico-chimique des cours d'eau en métropole

Taux d'évolution de la pollution des cours d'eau par les macro-polluants d'origine urbaine, industrielle et agricole en France métropolitaine
Présentation et interprétation de l'indicateur
Valeur par période
- 12 % pour les nitrates entre 1998 et 2017
- 37 % pour les orthophosphates entre 1998 et 2017
- 45 % pour l'ammonium entre 1998 et 2017
- 39 % pour la DBO entre 1998 et 2017
 
 
 
Fiche mise à jour le
18/06/2019

La demande biochimique en oxygène a diminuée de près de 40 % sur la période 1998-2017. Cette baisse de la quantité de matières organiques biodégradables présentes dans l’eau a été nette jusqu'en 2010 puis s'est stabilisée.  Cette amélioration peut être reliée à l'amélioration des performances des stations d’épuration sur cette même période.

 

L’ammonium, paramètre en lien avec l’efficacité des traitements épuratoires et les utilisations de fertilisants agricoles, présente un indice en baisse globale de 45%. Toutefois, cet indice évolue défavorablement depuis 2014.

 

L'indice des orthophosphates continue de diminuer sur la majeure partie du territoire. Il diminue de plus de 40 % sur quatre grands bassins et augmente légèrement en Rhin-Meuse (+2 %). Au total, 48 bassins versants présentent un indice en baisse. Plusieurs bassins gardent des niveaux de concentration élevés malgré la forte baisse de leur indice (moyenne triennale sur les années 2015, 2016, 2017).

 

En baisse de -12% sur la période 1998-2017, l'indice nitrates est relativement stable sur les 3 dernières années. Sur la période 2015-2017, les concentrations moyennes des 55 bassins versants varient de 1 à 32 mg/L. Elles dépassent 14 mg/L pour la moitié des bassins versants et 21 mg/L pour un bassin versant sur quatre.  Quatre bassins versants de Seine-Normandie présentent des concentrations moyennes particulièrement élevées (> 20 mg/L) et une tendance chronique à la dégradation (indice en hausse de 11 à 50 % entre 1998 et 2017). Par contraste, sept bassins versants de l’Ouest ont également des situations dégradées (15-25 mg/L) mais une tendance à l’amélioration sur le long terme (indice en baisse de 11 à 50 %).

 

Bilan: des évolutions assez favorables hors nitrates, des efforts à poursuivre pour atteindre le bon état des eaux.

 

Une baisse continue des indicateurs sera favorable à la biodiversité.