Importance accordée par les Français aux problèmes de biodiversité

Importance accordée par les Français aux problèmes de biodiversité

Proportion de la population française mettant la disparition de certaines espèces végétales ou animales parmi les deux problèmes liés à la dégradation de l'environnement les plus préoccupants
Présentation et interprétation de l'indicateur
Valeur par période
32 % en 2019
 
 
Fiche mise à jour le
13/06/2019

L'évolution du poids occupé par la biodiversité parmi les préoccupations environnementales des citoyens donne une image de l'évolution de la sensibilité de l'opinion publique vis-à-vis de ce thème.

Entre 2017 et 2019, la hiérarchie des préoccupations environnementales des Français a évolué de manière significative. A l’exception du changement climatique qui reste en tête des sujets d’inquiétude, des modifications importantes s’observent en haut de classement. Pour la première fois, la « disparition de certaines espèces végétales ou animales » atteint la deuxième position. En l’espace de deux ans, ce sujet de préoccupation a progressé de 8 points, essentiellement au détriment de la question de la pollution atmosphérique (-9 points). Devancée par les catastrophes naturelles et la pollution des milieux aquatiques, la dégradation de la qualité de l’air se trouve désormais en cinquième position.

Jusqu’à présent, c’étaient principalement les enquêtés les plus jeunes qui s’inquiétaient de l’érosion de la biodiversité. En 2017, les moins de 25 ans étaient en effet deux fois plus nombreux à choisir cette réponse que les personnes âgées de 70 ans et plus. Deux ans plus tard, le niveau de préoccupation à l’égard de la biodiversité a progressé de 14 points chez ces derniers. Plus généralement, toutes les tranches d’âge ont connu une progression importante. Toujours surreprésentés, les moins de 25 ans  sont 39% à placer la disparition de certaines espèces végétales ou animales au cœur de leurs préoccupations environnementales.