Niveau de connaissance de la répartition des espèces

Niveau de connaissance de la répartition des espèces

Proportion d'espèces faisant l'objet d'au moins une donnée d'occurence dans l'Inventaire National du Patrimoine Naturel (INPN)
Présentation et interprétation de l'indicateur
Valeur par période
44 % début 2017
 
 
 
 
Fiche mise à jour le
18/05/2017

 

En 2017, 44 % des 165 374 espèces recensées en France (métropole et outre-mer, pour les domaines continental et marin) possèdent au moins une donnée d’occurrence diffusée sur le site de l’INPN.

Les inventaires, et surtout la mise à disposition de nouveaux jeux de données, progressent assez rapidement. Cela a permis, en un an, de diffuser des données pour plus de 14 000 espèces supplémentaires pour la métropole et pour près de 4 000 espèces marines supplémentaires. Pour la première fois, plus de la moitié des espèces métropolitaines disposent d’au moins une donnée d’observation enregistrée.

Si, pour la grande majorité des vertébrés et des plantes vasculaires, l’enjeu consiste à disposer d’une répartition d’ensemble et de suivis temporels, on constate que la connaissance basique et fondamentale manque encore pour de nombreux invertébrés et champignons ainsi que de nombreuses espèces marines. Dans un territoire censé être bien connu comme la France métropolitaine, on ne dispose d’aucune donnée accessible pour encore 39 % des espèces. Dans les Outre-mer, cette proportion atteint même 77 % !

Si l’on considère uniquement les espèces marines, on ne dispose pas de donnée d’occurrence pour 59 % des espèces recensées dans les mers françaises, alors que la France possède le deuxième domaine maritime mondial. La connaissance des espèces marines est toutefois plus difficile à acquérir que pour le domaine continental en raison des moyens à mettre en œuvre pour accéder aux fonds marins.

La numérisation et le partage des données restent un enjeu fort, qui doit être poursuivi dans le cadre du Système d’Information sur la Nature et les Paysages (SINP).