Îlots de vieux bois dans les forêts publiques

Îlots de vieux bois dans les forêts publiques

Proportion de la surface boisée classée en îlots de vieux bois dans les forêts publiques métropolitaines
Présentation et interprétation de l'indicateur
Valeur par période
1,42 % au 13/04/2015
 
 
Fiche mise à jour le
18/05/2016

Cette stratégie de conservation de la biodiversité forestière est propre à la forêt publique, il n'y a pas d'équivalent pour les forêts privées. Elle ne concerne donc qu’un quart de la surface forestière française. Elle est obligatoire en forêt domaniale et seulement proposée dans les forêts des collectivités.

La répartition est contrastée selon les délégations territoriales de l'ONF, selon l'avancement de mise en œuvre de cette politique. (cf. indicateur 2.11 du Bilan Patrimonial des forêts domaniales)
 

L'efficacité de cette mesure est quantitative (surface concernée) mais également qualitative. A la fois sur la nature des peuplements conservés en fonction des groupes fonctionnels visés par cette action (faune saproxylique par exemple) et aussi par la répartition spatiale de ces zones dans les massifs pour favoriser leur fonctionnalité, notamment vis-à-vis des enjeux de connectivité.

La cible fixée par cette politique publique (3 %) est a priori déjà atteinte, au plan métropolitain mais pas forcément dans chaque région.

Cette trame d'îlots de vieux bois dans la gestion courante (surface en sylviculture) est complétée par la conservation d'arbres à haute valeur biologique, isolés dans le peuplement. Ces arbres sont très vieux ou très gros, et/ou à cavités visibles et peuvent être morts ou sénescents ; ils constituent a priori l’habitat d’espèces à enjeu de conservation.

Au delà de ces îlots, il existe des surfaces importantes de forêts non exploitées sur le long terme, en raison, notamment, de leur inaccessibilité (cf. tableau "Autres surfaces assimilables à des îlots de vieux bois, non comptabilisées dans cet indicateur" sur la feuille "Indicateur" du fichier de données).

En forêt privée, les parcelles non exploitées contenant des gros bois jouent le même rôle.

Les réserves biologiques intégrales sont partiellement comptabilisées dans les îlots de sénescence (voir "Définition"), et sont en général en phase de maturation, jouant ainsi un rôle écologique semblable à celui des îlots de sénescence. C’est aussi le cas pour certaines réserves biologiques dirigées.
 

Pour en savoir plus : ONF, 2011. Bilan patrimonial des forêts domaniales (hors DOM). Editions ONF, 180 p.