La mission "Biodiversité & Indicateurs à l'Outre-Mer (BIOM)"

La mission "Biodiversité & Indicateurs à l'Outre-Mer (BIOM)"

Contexte

Un premier stage a été accueilli en 2012 pour commencer à répertorier les initiatives et organisations existantes, une réunion thématique "Biodiversité & outre-mer" a été installée et un jeu particulier d’indicateurs dédiés aux spécificités ultramarines continue d'être développé lorsque ces dernières correspondaient à des enjeux nationaux et transversaux.

Afin d'avancer sur ce sujet complexe des indicateurs, l'ONB a fait appel en 2015 à un groupe de 10 étudiants de l'ISTOM, école supérieure d'agro-développement international. Ce groupe constitué en association IMExpertise s'est mobilisé pour une mission proposée par l'ONB et intitulée "Biodiversité & indicateurs à l'Outre-mer (BIOM), recensement et capitalisation des initiatives en matière d’indicateurs de biodiversité dans les territoires d’outre-mer".

Principe

Cette démarche consiste à recueillir par tout moyen pertinent une information la plus complète possible sur les indicateurs de biodiversité produits ou souhaités par les acteurs de l'ensemble des territoires d'outre-mer français, ainsi que le contexte de leur développement. Il s'agit de faire aboutir le travail d’inventaire, de formalisation et de capitalisation des informations relatives :

  • aux principaux acteurs intervenant dans le processus d’acquisition des connaissances nécessaires à la production des indicateurs de biodiversité dans chaque territoire d’outre-mer ;
  • aux principaux documents stratégiques élaborés servant de support à l’action de préservation de la biodiversité et justifiant l’élaboration d’indicateurs et leur publication ;
  • aux indicateurs de biodiversité d’ores et déjà élaborés sur chacun des territoires.

A contrario, il ne s’agit pas de conduire un diagnostic ou de proposer des indicateurs nouveaux, ces démarches relevant d’autres processus de l’ONB. Le travail s'est concentré sur les indicateurs relatifs à l’état et l’évolution des composantes de la biodiversité, mais a recensé également les indicateurs liés aux pratiques, aux acteurs et aux politiques associés à la biodiversité notamment dans le cadre de jeux d’indicateurs cohérents disponibles.

La prestation s'est appuyée sur des contacts avec des acteurs clefs agissant sur les différents milieux ; il ne visait pas un recensement exhaustif, mais à la constitution d’un noyau comprenant l’essentiel des données, appelé à être complété par la suite dans la base de données créée à cet effet, actualisable et mise à disposition de tous les acteurs.

L'information recueillie et qui sera organisée lors de la deuxième phase du projet dans une base de données en ligne actualisable a vocation à être restituée à tous et servir de base à des travaux ultérieurs, locaux ou non, sur les indicateurs de biodiversité en Outre-mer. Ces informations précieuses serviront en particulier à renforcer les indicateurs développés par l’ONB en appui à la stratégie nationale pour la biodiversité.

La mission BIOM se cantonne toutefois à un niveau scientifique et technique, sans préjuger des décisions politiques susceptibles d’être prises dans ce domaine ainsi que sur des sujets connexes.

Elle a intégré en particulier les acquis du projet "Indicateurs de gestion durable des forêts en outre-mer (IGDOM)" réalisé en 2013 et 2014 sur les espaces forestiers des DOM par une autre équipe d’étudiants de l’ISTOM, dont une présentation synthétique est disponible et qui se poursuit actuellement, animé par le groupement d'intérêt public "Ecosystèmes forestiers" (GIP ECOFOR) .

Le GIP ECOFOR a également été sollicité en appui méthodologique et logistique au projet BIOM.

La réalisation de la mission BIOM comprenait plusieurs aspects qui se sont déroulé largement en parallèle :

  • conception et organisation de la mission : construction d’une base de données de contacts, prises de contacts, élaboration du formulaire d’enquête et réalisation des enquêtes auprès des acteurs des territoires d’outre-mer non visités ;
  • recueil des informations : bibliographie, réalisation d’enquêtes auprès des acteurs à distance ou présentiel, notamment lors de la phase de terrain ;une partie de l’entretien sera employée pour aborder les enjeux essentiels pour les acteurs en matière de préservation et valorisation de la biodiversité, et identifier la documentation existante, l’autre à recenser les indicateurs existants connus des acteurs rencontrés. Une base de données regroupant ces documents et indicateurs sera réalisée en parallèle ;
  • capitalisation : préparation pour la saisie sur les deux sites de l’ONB des données récoltées et rédaction du rapport de synthèse.

Les livrables prévus pour la phase 1 étaient :

  • l’actualisation et la mise en ligne (accès réservé) de la base de données des différents acteurs concernés par la production d’indicateurs de biodiversité outre-mer ;
  • l’élaboration et la mise en ligne de la base de données sur les enjeux et questions identifiés dans les documents stratégiques, organisés selon le modèle DPSIR, accompagnés de la documentation afférente ;
  • la mise en ligne des indicateurs recensés, au regard des enjeux et questions qu’ils entendent éclairer ;
  • l’ensemble des éléments récoltés, ainsi que le document de synthèse prêt à l’impression, fournis sur support numérique à des formats compatibles avec l’un des principaux standards utilisés selon la nature des fichiers (traitement de texte, tableur, cartographie...).

Un document de présentation synthétique des objectifs de la mission est disponible au téléchargement.

Déroulé de la mission

Ce projet de six mois (mai-novembre 2015) prévoyait, à l'issue d'une phase bibliographique, une phase de terrain d'un mois environ en juin-juillet menée par quatre équipes (dix stagiaires en tout) dans les territoires suivants :

  • la Guyane ;
  • la Guadeloupe et Martinique ;
  • la Réunion (associant Mayotte à la démarche) ;
  • la Nouvelle-Calédonie.

Les autres territoires ont été traités par la réalisation d'enquêtes et entretiens à distance.

La mission BIOM était destiné à être conduit en étroite relation avec les institutions concernées dans les Outre-mer : autorités locales et services dépositaires de données utiles à l’élaboration d’indicateurs.

La mission s'est acquitée des tâches suivantes :

  • recensement bibliographique des informations relatives aux enjeux et documents existant ;
  • enquête de terrain auprès des acteurs de certains territoires d’outre-mer, et compléments recueillis à distance sur les territoires non visités ;
  • conception du format du gestionnaire de contenu à mettre en place pour la capitalisation des informations collectées et standardisées (en lien étroit avec le chef de projet « ONB » et le gestionnaire des sites internet de l’ONB) ;
  • préparation de la saisie des informations sur les sites de l’ONB par un formatage standardisé des informations ;
  • rédaction d’un rapport de mission récapitulant le panorama des stratégies, acteurs et indicateurs identifiés, résumé en une note de synthèse. et d'une note de réflexion (interne - non diffusée) pour l'évolution du travail de l'ONB avec les acteurs des outre-mer.

En cohérence avec le modèle conceptuel retenu par l’ONB, les informations ont été organisées conformément au modèle DPSIR : Déterminants (Forces motrices) - Pressions - Situation (État) - Impacts (en retour – services et disservices) - Réponses (politiques et comportements en faveur de la biodiversité).

Le dernier comité de pilotage de la phase 1 de BIOM s’est tenu le 5 octobre 2015. Les acquis de ce projet recueillis et organisés par les stagiaires seront progressivement mis en ligne en 2016 à l’issue d’une concertation avec les acteurs des territoires d’outre-mer.

Un diaporama de présentation et bilan général de la mission BIOM (Phase 1) est disponible au téléchargement.

La mission BIOM - Phase 2

La démarche se poursuit en 2016, animée par le GIP ECOFOR. Elle prévoit :

  • la validation - par les organismes enquêtés ou cités - des fiches de synthèse produites par les stagiaires suite à la recension bibliographique et aux entretiens ;
  • la validation - par les services déconcentrés de chaque territoire, en lien avec les acteurs - de l'ensemble des fiches validées pour ce territoire ;
  • la livraison à chaque territoire des fiches validées le concernant ;
  • la mise en ligne sur le site de l'ONB des éléments qu'il aura été décidé de rendre public ;
  • la proposition large faite aux acteurs de compléter la base de référence ainsi constituée.