Les limites de l'indicateur : un moteur à la publication et non un frein

Les limites de l'indicateur : un moteur à la publication et non un frein

L'ONB a fait le choix de rechercher au maximum la publication de l'indicateur estimé nécessaire, même lorsque de multiples limites entravent celle-ci : données partielles, précision faible, recul faible... Le corollaire est l'exigence de transparence dans la fiche Indicateur sur toutes ces limites et l'engagement à en rechercher l'amélioration permanente.

Cette posture permet d'avancer avec l'ensemble des acteurs, y compris les plus réticents, en dépassant l'argument souvent avancé "Il vaut mieux attendre encore que les données soient plus fiables". Le résultat constaté est l'absence d'un quelconque indicateur sur nombre de sujets sensibles, sans perspective clair ou échéance de production future. Le constat au contraire pour l'ONB est que la publication d'indicateurs parfois reconnus comme largement insatisfaisants par tous, mais sur un sujet important, stimule les acteurs pour la recherche d'un meilleur candidat.

L'ONB a identifié depuis l'origine les sujets dits "orphelins" qu'il conviendrait de documenter par des indicateurs. Ces sujets font l'objet d'une attention particulière : efforts méthodologiques, de mobilisation des acteurs ou des données, veille scientifique... La liste a été actualisée en 2015 et est publiée sur ce site.