4. Comment évoluent les pressions subies par les milieux humides ?

4. Comment évoluent les pressions subies par les milieux humides ?

Présentation

Les milieux humides subissent de très nombreuses pressions : assèchement, pollution, remblaiement…. Il est important de rassembler les données précises sur la nature de ces pressions.

Ces pressions exercées par l'Homme sur son environnement et en particulier sur la diversité biologique sous toutes ses formes sont habituellement organisées en six catégories, reprises par l'acronyme anglais « HIPPOC » : H (Habitats), I (Invasives), P (Pollutions), P (Population), O (Surconsommation), C (Changement climatique).

Objets et indicateurs

Les indicateurs relatifs à cette question explorent une à une les différentes pressions sur les milieux humides selon la classification indiquée ci-dessus, en s'attachant aux pressions les plus prégnantes sur les milieux humides. En l’état actuel des connaissances disponibles, de nombreux indicateurs présentés ici sont indirects.

Destruction, dégradation ou homogénéisation des habitats

La destruction des habitats par artificialisation ou changement d'occupation des sols constitue une cause directe et souvent irréversible d'érosion de la biodiversité. La dégradation des habitats naturels et des écosystèmes semi-naturels, comme l'homogénéisation ou la fragmentation, conduit à un remplacement ou un appauvrissement de la biodiversité établie, de manière plus ou moins réversible.

Des indicateurs portant sur le prélèvement en eau, pression caractéristique sur les milieux humides sont en cours d'élaboration et de calcul.

Fragmentation des cours d'eau

Densité d'obstacles à l'écoulement des cours d'eau métropolitains
16 obstacles à l'écoulement pour 100 km de cours d'eau en 2014

Rythme du drainage agricole en métropole

Surface agricole drainée annuellement en métropole
61 803 ha de drainage agricole en moyenne chaque année entre 1979 et 2010

Rythme du drainage agricole en Outre-mer

Surface agricole drainée annuellement en Outre-mer
163,2 ha de drainage agricole en moyenne chaque année entre 2000 et 2010
Espèces invasives

Cette pression est induite par la propagation sous l'action de l'Homme d'espèces considérées comme nuisibles à la biodiversité dans des écosystèmes où elles n'étaient pas présentes et où elles se développent au détriment du patrimoine naturel pré-établi. C'est une notion très délicate à aborder, ce caractère invasif étant variable dans le temps et l'espace, et la nuisibilité à l'égard d'une biodiversité que nous considérons comme plus souhaitable, affaire de jugement en un temps et un lieu déterminés.

Les milieux humides sont tout particulièrement vulnérables car l'eau est un propagateur privilégié de ces espèces et la lutte particulièrement délicate en milieu aquatique.

Un indicateur est en cours de finalisation pour éclairer sur ce sujet.

Pollutions

Parmi ces pollutions induites par les activités humaines, on distingue les pollutions organiques, minérales, chimiques et diverses (lumineuses, sonores, olfactives, dérangement, nanotechnologies, radionucléides...).

l'évolution de la pollution des cours d'eau

Évolution de la pollution des cours d'eau

Taux d'évolution de la pollution des cours d'eau par les macro-polluants d'origine urbaine, industrielle et agricole en France métropolitaine
- 7 % pour les nitrates entre 1998 et 2014
- 49 % pour les orthophosphates entre 1998 et 2014
- 69 % pour l'ammonium entre 1998 et 2014
- 49 % pour la DBO entre 1998 et 2014

Évolution de la consommation de produits phytosanitaires

Taux d'évolution du nombre de doses unités de produits phytosanitaires
+ 18 % en 2013-2015 par rapport à la période de référence 2009-2011
Pression démographique

Cette pression est induite par l'impact direct des évolutions de population, qu'il s'agisse d'accroissement accentuant la pression sur les ressources ou l'artificialisation du territoire, de diminution induisant des changements d'occupation des sols – et donc de biodiversité – par déprise, ou encore de mouvements ou de changements de répartition. Elle est souvent l'une des composantes non explicites d'autres pressions : la surconsommation peut provenir par exemple d'un accroissement de chaque consommation individuelle (mode de vie) mais aussi d'un accroissement du nombre de consommations individuelles (population). Distinguer les causes permet d'agir sur les deux sources.

Un indicateur est en réflexion pour une publication à moyen terme.

Surconsommation de ressources

La surexploitation des ressources naturelles issues de la biodiversité pour satisfaire les besoins humains (alimentation, produits manufacturés...) concoure à l'érosion de la biodiversité directement exploitée mais aussi de celle dépendant de ces ressources. Concernant les milieux humides, il peut s'agir d'exploitation trop intensive des terres agricoles ou forestières, de prélèvement en eau au-delà des seuils garantissant un bon fonctionnement des mileux humides, de prélèvement de tourbe, etc.

Un indicateur portant sur l'eau est en cours de développement.

Conséquences du changement climatique

On distingue les impacts directs du changement climatique sur les espèces et les milieux naturels d'une part et les impacts indirects résultant des réponses d'adaptation de la société.

Les travaux scientifiques avancent lentement sur ces sujets complexes et aucun indicateur ne semble à ce jour suffisamment abouti pour pouvoir être proposé par la réunion thématique "Biodiversité & changement climatique".