2- Comment les éléments de la biodiversité identifiés comme majeurs dans les milieux d'eau douce évoluent-ils en France ?

2- Comment les éléments de la biodiversité identifiés comme majeurs dans les milieux d'eau douce évoluent-ils en France ?

Présentation

En matière de biodiversité, l'une des difficultés majeures d'analyse résulte du fonctionnement systémique de l'ensemble des différentes communautés. Il n’est pas toujours facile de mettre en évidence des causalités entre telle pression et telle conséquence dans l'équilibre d'un écosystème, ce qui peut conduire à un certain immobilisme des acteurs dans l'engagement pour telle ou telle mesure, faute de savoir prioriser l'action. Ainsi, la question de savoir ce qui est essentiel dans la préservation de la biodiversité se pose sans cesse. Il s'agit ici de relever les enjeux majeurs identifiés, ce qui ne dispense bien sûr pas d'une action concertée concernant l'ensemble de la société, des territoires et des éléments de biodiversité. Cette question permet d'identifier et de suivre le capital naturel à préserver absolument, rare, menacé, emblématique, essentiel pour la pérennité des écosystèmes ou de notre société.

Objets et indicateurs

La réponse à cette question mobilise des indicateurs diversifiés ciblés sur ce patrimoine à préserver coûte que coûte. Qu'il s'agisse d'espèces ou d'habitats, trois dimensions se conjuguent pour justifier l'intérêt particulier porté sur ce patrimoine : l'acuité de la menace pesant sur ces éléments patrimoniaux, le rôle fonctionnel majeur joué dans les équilibres naturels (espèces dites « clefs de voûte » ou « parapluie » par exemple) et enfin la responsabilité particulière de la France dans la préservation de ces éléments au niveau européen ou international.

Comment les milieux d'eau douce à enjeux évoluent-ils en France ?

Même si tous doivent faire l'objet d'une attention de la part de la société, tous les milieux naturels ne présentent pas le même intérêt écologique. Leur destruction, leur dégradation ou leur fragmentation – ou au contraire leur restauration – ne prend donc pas la même signification en termes de patrimoine naturel ou de maintien des grands équilibres dynamiques. Là encore, le suivi particulier de ces espaces et des menaces pesant sur eux vise à l'interpellation de la société sur la responsabilité particulière de la France vis-à-vis de son propre patrimoine ou de sa responsabilité internationale.

Comment les espèces à enjeux évoluent-elles dans les milieux d'eau douce de France ?

Il est toujours délicat de décréter que telle ou telle espèce est remarquable. Les critères d’appréciation demeurent parfois subjectifs ; telle espèce sacrée ici est considérée comme simple ressource naturelle ailleurs, telle espèce hier inscrite comme nuisible pour l’agriculture fait aujourd’hui l’objet de toute notre attention comme espèce protégée. Néanmoins, un certain nombre de critères permettent de qualifier à un moment donné les espèces présentant une importance particulière : espèces endémiques ou rares, en danger, originales, espèces clefs de voûte ou emblématiques, ou encore espèces envahissantes, espèces à enjeu également en raison de la menace potentielle qu’elles font peser sur la biodiversité.

Le concept d'espèce à enjeu retenu par l'ONB recouvre potentiellement de très nombreuses catégories d'espèces. La grande diversité d'habitats des milieux d’eau douce accueille une grande richesse d'espèces qui peuvent potentiellement être considérées comme « à enjeux » par l'ONB : poissons migrateurs, mammifères inféodés aux milieux aquatiques, plantes invasives… Il s’agit donc de trouver des représentations synthétiques des enjeux qui leurs sont liés.