Etat de conservation des habitats marins et côtiers

Etat de conservation des habitats marins et côtiers

Proportion des habitats marins et côtiers d'intérêt communautaire évalués qui sont dans un état de conservation favorable
Présentation et interprétation de l'indicateur
Valeur par période
6 % pour la période 2007-2012
 
 
 
Fiche mise à jour le
16/05/2017

 

Cet indicateur concerne les huit habitats marins (dont deux considérés comme prioritaires par la DHFF) et vingt-cinq habitats côtiers (dont quatre prioritaires) parmi les plus rares, menacés ou représentatifs, présents en France qui figurent dans l’annexe I de la directive Habitats-Faune-Flore. 6 % des habitats marins et côtiers évalués sont dans un état de conservation favorable sur la période 2007-2012.

Toutes régions biogéographiques confondues, l’analyse de chaque paramètre montre que le paramètre « Aire de répartition » est majoritairement évalué comme favorable. Ce sont surtout les paramètres « Structure et fonction » et « Perspectives futures » qui ont été jugés défavorables inadéquat ou mauvais. Les résultats pour l’état du paramètre « Surface couverte » sont plus contrastés. Ce sont les habitats marins très côtiers qui sont les plus sujets aux pertes de surface comme les lagunes, les estuaires ainsi que les herbiers à posidonies et les plages de sédiments meubles en Méditerranée.

A l’échelle des grands types de milieux, les évaluations des habitats marins et celles des habitats côtiers montrent sensiblement les mêmes répartitions d’états de conservation. Les évaluations favorables des habitats marins et des habitats côtiers sont de même ordre de grandeur (7 % et 6 % respectivement). Les habitats marins sont en revanche caractérisés par un manque de connaissance plus important (7 %) et qui, à l’échelle biogéographique, semble particulièrement marqué pour la région Marin Atlantique (17 %).