Importance accordée par les Français aux problèmes de biodiversité

Importance accordée par les Français aux problèmes de biodiversité

Proportion de la population française mettant la disparition de certaines espèces végétales ou animales parmi les deux problèmes liés à la dégradation de l'environnement les plus préoccupants
Présentation et interprétation de l'indicateur
Valeur par période
33 % en 2015
 
 
Fiche mise à jour le
18/05/2016
Modalités d'interprétation de l'indicateur

L'évolution du poids occupé par la biodiversité parmi les préoccupations environnementales des citoyens donne une image de l'évolution de la sensibilité de l'opinion publique vis-à-vis de ce thème.

Entre 2013 et 2015, la hiérarchie des préoccupations environnementales des Français se maintient globalement. En haut du classement, le changement climatique (40 %), les catastrophes naturelles (35 %) et la biodiversité (33 %) progressent sensiblement. La pollution de l’eau, des rivières et des lacs accuse en revanche un recul important (- 6 points) et se trouve désormais devancée par la pollution atmosphérique. Alors que l’écart entre pollution de l’eau, pollution de l’air et déclin de la biodiversité était faible (entre 23 et 26 %) lors de la précédente enquête, il est nettement plus important (entre 19 et 33 %) en 2015. Au troisième rang des préoccupations environnementales depuis 2009, la question de la disparition de certaines espèces végétales ou animales s’impose progressivement comme un enjeu environnemental crucial pour un tiers des Français. Cette préoccupation à l’égard de la biodiversité reste toujours plus marquée chez les jeunes générations. On observe ainsi que les moins de 25 ans expriment deux fois plus une forme d’inquiétude vis-à-vis des menaces qui pèsent sur la faune et la flore (44 %) que les personnes âgées de 70 ans et plus (22 %).